ROCK WERCHTER 2016 ◊ MES TOPS

Hey

Pour le troisième été consécutif, j’ai eu la chance de faire les 4 jours de Rock Werchter, un des festivals les plus conséquents de Belgique. Avec ses 88.000 festivaliers et ses trois scènes (Mainstage, The Barn et Klub C), Werchter offre une affiche tout simplement dingue où défilent les géants de l’industrie musicale (le terme « industrie » ne devant pas être compris au sens péjoratif, of course)

QU’EST-CE QU’IL NE FALLAIT PAS MANQUER?

#festival #music #RW15 #summer #lights #picture #enjoy #fun #bands #instamoment #rockwerchter

A photo posted by Mathilde (@subjective_fantasy) on

     PAUL McCARTNEY pour la légende 

Je ne pouvais pas ne pas commencer par  LA tête d’affiche du festival. Du haut de ses 74 ans, McCartney n’a cependant pas pris une ride. Son âme d’enfant, il l’a toujours en lui et à peine monté sur scène, nous l’a transmise instantanément. L’atmosphère était particulière durant cette première soirée… Ce n’était pas seulement un grand nom qui allait se produire devant la plaine de Werchter mais bien une légende vivante. Debouts au premier rang et après avoir subit le concert d’Ellie Goulding (Love me like you doooo), les premiers accords de A Hard Day’s Night retentissent et le public est transporté dans les années 60, en pleine « Beatles Mania ». Entre hommages poignants aux regrettés John Lennon et Georges Harrison et anecdotes du groupe, Paul et ses musiciens enchaînent les tubes des Beatles et des Wings, pour le plus grand plaisir des nombreux nostalgiques persuadés d’être nés à la mauvaise époque, moi y compris. Vient alors un des moments les plus forts (sans compter ma petite larme versée sur Let It Be) où le Beatles, assis derrière son piano, prononce les mots « Hey Jude » auxquels le public s’empresse de donner suite. C’est sans doute l’un des plus beaux concerts auxquels j’ai pu assister de par tout l’amour et le respect mutuel qui en émanaient.

    THE STRYPES   pour la jeunesse

Je n’arrête pas d’en parler, de les citer dans mes playlists, de partager des postes à leur propos… The Strypes c’est mon coup de cœur de ces derniers mois et quelle ne fût pas ma joie quand j’ai appris qu’ils seraient également de la partie lors de cette édition! Les Yardbirds, Animals et Stones... les quatre Irlandais ne manquent pas de références! Dimanche début d’aprèm, ils revêtaient leurs costards et chaussures vintages en nous plongeant dans la tradition  rhythm’n’blues, et ce avec brio. Les gars ayant seulement la vingtaine, pas besoin d’être devin pour prédire la carrière prometteuse qui se profile devant eux!

   RED HOT CHILI PEPPERS   pour l’ambiance 

Rien d’étonnant dans le fait que les Red Hot se retrouvent dans la catégorie « ambiance assurée ». Avec leur nouvel album The Getaway sur lequel j’ai d’ailleurs écris un article (ici), ils ont littéralement enflammé la mainstage, euphorie que j’ai rarement vue! En commençant par les mythiques morceaux Can’t Stop et Dani California, il n’en n’a pas fallu plus pour que la foule soit déchaînée, sous oublier Flea (bassiste) qui pourrait limite assurer le show à lui tout seul (j’ai rarement vu un gars aussi allumé, soit dit en passant). 

    BLACK BOX REVELATION  pour la patrie, sisi

Black Box Revelation on kiffe parce que : C’est belge, c’est rock and roll et on bave durant tout le concert devant les guitares de Jan, plus belles les unes que les autres. Si tu n’as pas encore eu l’occasion de les voir en live, tâche d’y remédier rapidement parce que ça vaut vraiment le coup! En ce qui me concerne, je les avais déjà vu à l’AB en février dernier (même qu’après avoir livré une guerre sans merci, on a réussi à choper la setlist), que du bonheur, distribution de keur.

https://www.instagram.com/p/BCAQg2IBGa1/?taken-by=subjective_fantasy

   ELLIE GOULDING   pour les riffs et le rock’n’roll

Non j’déconne.

téléchargement téléchargement (1) images fb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *