VOYAGE AU PAYS DE LA GUINNESS

dsc_0964

Hey

Comme tu as pu le voir dans le titre, je suis tout récemment partie au pays de la Guinness avec mon groupe de copines. Il va de soi que ce n’est pas en une semaine que l’on peut prétendre connaître un pays, sa culture et les moindres recoins à visiter. Mais, étant donné que j’ai  a-d-o-r-é ce voyage, je me suis dit que partager mon expérience via un article comportant mes « bons plans » mais aussi mes petites déceptions (car oui, il y en a toujours) était une idée qui avait plutôt lieu d’être, surtout avec Rory Gallagher en fond sonore! (le gars est irlandais, au cas où)

ALORS PRENDS TON SAC A DOS ET TON DÉCAPSULEUR, C’EST PARTI!

copie-de-dsc_0914
© Subjective Fantasy

Samedi 3 septembre (merci la rentrée universitaire tardive), départ pour Bruxelles-Sud pour prendre notre vol Ryanair direction Dublin. Après 1h45 passée dans les airs, nous débarquons sur le sol Irlandais, sac à dos sur les épaules et impatientes de découvrir ce que ces prochains jours nous réservent. Première étape? L’auberge Abrahams Hostel. Il faut savoir qu’auberge ou pas, les prix pour la location d’une chambre dans un hôtel, une auberge ou encore dans un Airbnb sont exorbitants. Petit budget oblige, notre choix s’est porté sur les auberges de jeunesse. Sans compter que nous sommes parties dans l’optique de découvrir l’Irlande de façon simple, sans dépenser des mille et des cents.

ABRAHAMS HOSTEL | MITIGÉ

Le point fort de l’établissement? Sa localisation en plein centre de Dublin :

  • 5 minutes d’O’Connell Street
  • 15 minutes à pieds du célèbre quartier du Temple Bar
  • 5 minutes de la station de bus Busáras

Rien à dire d’un point de vue localisation, nous sommes parties à pied sans problème pour découvrir la ville, de jour comme de nuit. Par contre, concernant l’auberge en elle-même, j’ai été assez déçue. Ok, c’est une auberge de jeunesse. Mais à 30€/la nuit on s’attend quand même à avoir de l’eau chaude et une salle de bain qui ne pue pas l’humidité. L’ambiance s’apparentait davantage à celle que l’on peut trouver dans un hôtel random : Peu d’échange et d’interaction entre les voyageurs qui font chacun leur vie de leur côté, chose que nous n’avons pas sentie quand nous avons dormi à Galway. Le bon plan dans les auberges pour économiser ses sous : cuisiner soi-même et par conséquent, faire ses courses. Pour quelques euros par personne, on s’en sort très facilement! Evidemment, tout dépendra des priorités de chacun. Certains préféreront piocher dans leur portefeuille pour les restaurants, d’autres pour les visites et les souvenirs à ramener. Un autre souci à souligner : L’agencement des deux petites cuisines qui manquent cruellement d’ustensiles, de planches, de condiments de base comme de l’huile de l’olive et autres produits que l’on n’a pas forcément envie d’acheter en tant que voyageurs de passage. Néanmoins, au niveau de l’accueil en lui-même, aucun problème : Personnel adorable et à l’écoute.

dsc_1161-copie

THE CELT PUB &  TEMPLE BAR | TOP

Le Temple Bar ce n’est pas seulement un pub mais aussi un quartier : avec ses boutiques, cafés, pubs et ses petites ruelles pavées typiques, le Temple Bar est considéré comme le cœur culturel de la ville. Si le pub est ultra touristique, il est aussi incontournable. Au départ, nous étions un peu dubitatives par rapport à son qualitatif de « bar à touristes » mais qui peut prétendre avoir été en Irlande sans y avoir mis les pieds? Dimanche soir : le pub est rempli, si bien qu’il est très compliqué de trouver une table, à moins de venir assez tôt (sachant qu’ici, les soirées commencent vraiment tôt : passé minuit, les clients sont invités à finir leurs conso et à partir) mais mise à part cela : hyper bonne surprise! Comme dans la plupart des pubs, des live-music sont organisés ce qui contribue grandement à assurer une ambiance hyper conviviale et bon enfant, les pro-guindailles seront dans leur élément. Bref, nous sommes un peu restées au Temple pour ensuite bouger au Celt qui se trouvait à deux pas de l’auberge. Quelques pseudo dragueurs lourds (comme partout) mais surtout une ambiance chaleureuse et rustique sans oublier de la musique irlandaise!

GUINNESS STORE HOUSE | MITIGÉ

Attraction touristique sous forme de parcours ayant pour but de nous faire découvrir la tradition du brassage de la Guinness. Sympa en soi mais beaucoup trop chère à mon goût (20€/place adulte). Vu le nombre de visiteurs en simultané, les attentes sont longues si bien que nous avons passé quasiment une journée entière là-bas ce que je trouve assez dommage en l’espace de six jours dont trois sur Dublin. Mais, récompense à la clé : une pinte de Guinness servie au dernier étage offrant une vue panoramique sur la ville, et ça, c’est plutôt cool!

copie-de-dsc_1108
Kylemore Abbey © Subjective Fantasy

Le lendemain matin de notre soirée au Celt, nous avons pris le bus direction l’ouest du pays. Au départ, nous voulions faire le trajet en train car il durait moins longtemps mais nous avons fait l’erreur de ne pas réserver des billets assez tôt, si bien qu’il était complet. Solution de rechange :  Prendre le bus pour 3h30 de trajet direction Galway. Certains louent également une voiture mais la conduite à gauche, pour le coup on ne la sentait pas trop… (on n’est pas des pilotes, déso) 

WOODQUAY HOSTEL | TOP 

Woodquay Hostel, c’est le nom de la deuxième et dernière auberge de notre voyage qu’on a honnêtement choisie dans le rush! Et bien le « hasard »  fait bien les choses puisque je ne peux que la recommander! Bon, ça reste 20 euros la nuit mais on s’y sent tellement bien qu’on pourrait presque dire que ça les vaut! Dès la porte d’entrée poussée, j’entends une playlist hyper cool comprenant notamment du Led Zep. Rien qu’avec ça, mon avis sur le lieu était déjà presque forgé. Le personnel était vraiment sympa et hyper dispo. On sort complètement de notre statut de « client en quête de prestation » et on y adopte vite ses petites habitudes. L’état d’esprit entre les gens était aussi différent, allez savoir pourquoi… On échange avec les autres chambres, on descend manger son petit dej en pyjama, on papote en cuisinant, on se dit bonjour, presque dans une colloc’! Niveau localisation, le Woodquay Hostel se trouve à 5 minutes d’un grand Lidl (nickel pour faire ses courses) ainsi qu’à quelques centaines de mètres du centre de Galway, du Square et de la gare des bus.

THE QUAYS IRISH PUB | TOP

Qu’elle ne fut pas notre surprise quand on s’est rendue compte que l’auberge comptait d’autres louvanistes en son sein! C’est assez dingue quand on y pense. Déjà qu’en voyant nos pulls d’unif, un inconnu a commencé à chanter « Louvain-La-Neuuuuuuuuve » quand nous sommes allez aux Lacs du Connemara, il a fallu qu’on en rencontre aussi dans la cuisine du Woodquay. Les belges attirés par la bière? Mmmh, la théorie a du sens. Bref, rencontre entre louvanistes  = obligation d’aller boire un verre ensemble, cela va de soi! Notre choix s’est porté sur le pub The Quays, Les filles, ne prenez pas peur en arrivant dans les bars si vous voyez  des nanas maquillées comme des voitures volées, portant une jupe qui à ce stade là, n’en n’est plus une, le tout perchées sur des hauts talons (pour vous divertir, je vous conseille de les regarder galérer sur les pavés et de parier sur laquelle se cassera la gueule en premier) alors que vous, vous êtes en jeans basket. Paraît que là-bas, c’est normal et que ça ne choque personne.

dsc_1245

LACS DU CONNEMARA | TOP

Je trouve qu’on a plutôt été originales sur ce coup non? L’appel de Michel Sardou était trop fort. La région du Connemara c’est le passage obligatoire lorsque l’on vient en Irlande. Entre d’immenses montagnes et de grandes étendues sauvages totalement inhabitées si ce n’est par des troupeaux de moutons, le paysage qui s’offre à nous est tout simplement somptueux. Nous sommes parties avec un groupe de touristes en bus, la réservation se faisant via la réception de l’auberge (15 euros/visite). Certes, le trajet est assez long mais le simple fait de regarder par la fenêtre pour contempler la vue fait passer cet inconvénient au dernier plan. L’excursion en elle-même était relativement bien organisée, nous sommes tombées à chaque fois sur des guides/chauffeurs vraiment chouettes, ravis de nous faire découvrir leur pays. Pas toujours facile de saisir leurs explications dans les moindres détails vu leur débit de parole et leur accent, mais on se débrouille comme on peut. Sur la route, plusieurs arrêts sont prévus pour admirer des endroits clés pour au final déboucher sur la magnifique Abbaye de Kylemore à l’architecture gothique datant de 1868.

CLIFFS OF MOHER | MITIGÉ

Le lendemain, rebelote : départ en bus pour les falaises de Moher, connues notamment pour leur grotte ayant servie de décor sur le tournage d’Harry Potter (l’épisode où Dumbledore meurt, spoile de l’année, oups). Je ne sais pas si cela avait un lien avec la sortie de la veille mais le trajet m’a paru encore plus long que pour le Connemara. Le cadre est splendide et très impressionnant mais la masse de touristes gâche un peu le moment que j’aurais préféré passer en tête à tête avec moi-même, seule face à l’océan. Peut-être que ça n’a dérangé que moi étant donné que je déteste la foule voire les gens tout court en fait (sinon, je suis sympa et relativement sociable, si tu te posais la question). Autant aller se promener seule sur une pointe en Bretagne pour y trouver un paysage presque similaire.

CONCLUSIONS 

Tout d’abord, le peuple irlandais est vraiment adorable (si ce n’est le chauffeur de bus qui nous a conduit de l’aéroport au centre de Dublin, un vrai connard. J’ai rarement vu un type aussi arrogant et antipathique). Mise à part cet épisode, nous sommes à chaque fois tombées sur des gens extrêmement accueillants et simples. Petit clin d’œil à notre chauffeur de taxi que nous avons rencontré le dernier jour. Malgré le prix non négligeable des logements, nous avons (dieu merci) réussi à nous en sortir pour un budget raisonnable, sans trop se priver non plus. Nous n’avions pas vraiment programmé notre voyage, mise à part réserver nos nuits dans les auberges ce qui nous a permit de garder une certaine excitation par rapport au cours des événements. Rien qu’à Dublin, c’est en s’aventurant dans la ville que nous sommes tombées sur des endroits atypiques que nous n’aurions pas forcément trouvés si nous avions planifié un itinéraire précis. Je trouve cette vision vraiment enrichissante, elle m’a d’ailleurs m’a personnellement aidée à mettre de côté pendant ces quelques jours mon caractère hyper organisé pour simplement prendre les choses comme elles viennent. Dans tous les cas, l’Irlande est indéniablement une destination à planifier, même si je suis certaine que tu t’en doutais déjà bien avant de lire mon article!

2 réflexions sur “VOYAGE AU PAYS DE LA GUINNESS

  1. Pour avoir habité à Cork pendant 1 an en Erasmus, je suis tout à fait d’accord: l’Irlande c’est juste un pays génial avec des gens adorables et une ambiance unique.
    Très bon choix pour le Celt à Dublin. Je te conseille aussi le Mezz qui passe (ou passait en tout cas à l’époque) de la bonne zic indie
    A Cork, il faut goûter le Lennox et visiter la fac. Les alentours valent le détour aussi d’ailleurs…
    Je pourrais parler des heures de l’Irlande en fait alors je m’arrête là 🙂

    1. Oh trop chouette, merci pour ton commentaire 🙂
      J’ai adoré, malheureusement on n’est pas resté suffisamment longtemps pour explorer davantage le pays…
      Je retiens le Mezz pour la prochaine fois 😀
      A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *